LES AVENTURES DE SIANG-TSE

 

Le spectacle est une coproduction Compagnia dell'Improvviso-Arthur Théâtre

et répond au désir de créer un échange culturel dans le cadre du cinquantième

anniversaire des relations diplomatiques France-Chine.

 

Texte et mise en scène: Luca Franceschi

Jeu :Carole Ventura

Musique : Sébastien Belin

Costumes : Caroline Deleens

Création lumières : Théâtre la Passerelle- Mairie Jacou

 

 

Synopsis

 « Les aventures de Siang-tse » naît d'une libre adaptation du célèbre roman de Lao She : « Le Pousse-pousse ». C'est l'histoire d'un tireur de pousse-pousse nommé Siang-tse le Chameau, racontée par un personnage du monde imaginaire.

Il s'agit de Ts'ao, l'ange gardien du petit peuple de Pékin ; il nous parle de son projet de donner un jour joie et prospérité au tireur de pousse-pousse le plus vaillant de la ville.

Dans son récit emporté, pudique et encore empreint des illusions qui l'ont fait vibrer tout le long de la vie du pauvre Siang-tse, il fait revivre, avec humour, à travers ses maladroites descriptions, le Pékin des petits métiers, celui des colporteurs, avec leur langue savoureuse, leurs misères et leurs fêtes.

Ts'ao nous présente son protégé comme un homme profondément attachant, si fort et si fragile, si déterminé et si naïf que l'on ne peut s'empêcher d'éprouver de la tendresse et de la compassion pour lui.

On sourit devant ses maladresses et sa grande naïveté, on s'accroche, l'air de rien, au récit de Ts'ao qui nous conduit à la rencontre d'une autre pensée, d'une autre culture, d'un autre peuple et de ses misères.

 

Extrait du texte

« Avec les femmes Siang-tse était un véritable désastre. Ce jour-là les joues en feu, il ne pouvait s’empêcher de lancer à Tigresse quelques coups d’œil furtifs. Plus il la regardait, plus il se sentait troublé comme si une force mystérieuse et envoûtante émanée d'elle ne lui laissait aucune chance. Il restait planté là devant la porte de la chambre. Ses pensées étaient si fortes que je pouvais les entendre: « Allons, Siang-tse, ne sois pas si bête, elle se moquera de toi si tu restes planté là comme-ça. Allons courage, un peu d’audace »  se disait-il sans réussir à franchir un seul pas.

Tigresse se tenait devant lui, totalement inoffensive.

J'aurais voulu pouvoir lui parler, lui conseiller la meilleur façon de se comporter pour ne pas avoir l'air trop idiot et pour ne pas trop se compromettre non plus avec une femme comme Tigresse.

J'étais ainsi en train de réfléchir à la manière avec laquelle j'aurais pu lui faire entendre mes conseils quand tout à coup, la chambre se trouva plongée dans l’obscurité.

Je n'avais plus rien à faire là. Je me suis donc éloigné laissant mon bon homme gérer tout seul la situation. Par la fenêtre, on distinguait un ciel d’encre. De temps en temps, des étoiles se fondaient dans la voie lactée ou traçaient des sillons blancs et rouges dans l’espace obscur, avec des mouvements divers, tantôt puissants, tantôt verticaux et tantôt obliques. D’autres dardaient une lumière incandescente ou explosaient, s’épanouissaient comme des fleurs. Parfois plusieurs étoiles volaient ensemble, en faisant vibrer l’espace et en semant le désordre dans un champ céleste. Une comète surgit d’un coin du ciel. Dans sa trajectoire rapide, elle sembla percer les ténèbres, laissant derrière elle une longue traînée lumineuse. Soudain, comme débordante de joie, elle illumina tout un pan de ciel d’un dernier éclat, d’une blancheur céleste. Un instant ébranlé, l’univers se referma. Les étoiles regagnèrent leurs places initiales, souriantes dans le souffle de l’automne. »

 

Le spectacle

Cette création s'inscrit dans une série de spectacles proposés par la Cia dell'Improvviso et intitulés : « Histoires du peuple ».

« Les aventures de Siang-tse » fait partie, avec le spectacle « Le jazz à trois doigts » du premier volet de cette série. Il s'agit de raconter des histoires nées dans la misère des petits métiers du monde entier en faisant la confrontation entre la réalité d'un pays Européen et un pays lointain.

Les récits Italie-Chine de ce premier volet ont en commun les thèmes suivants: l'honnêteté, la fatalité, l'espoir.

 

Intentions de mise en scène

Fasciné par les situations, les atmosphères, les émotions évoquées et suscitées dans le roman de Lao She « Le pousse-pousse », il me fallait trouver le point de vue pour les traduire dans un espace théâtral.

Il me résultait impossible d’adapter cet univers par une pièce comportant plusieurs personnages, ou par un seul qui en fut le protagoniste lui-même, Siang-tsè, personnage taciturne et introverti.

Il me fallait un conteur qui puisse être attaché à cet homme par un lien particulier. J’ai alors décidé de m'inspirer du roman pour écrire le récit d'un être imaginaire, une figure capable de lire dans les pensées si différentes des actes de cet homme à l'âme pure. Ainsi est né Ts'ao, l'ange gardien du petit peuple de Pékin.

 

Ce personnage permet à la pièce d’avoir la distanciation nécessaire pour que le public accepte la tragique histoire de Siang-tsé, afin d’en être touché, d’en rire parfois et d’en pleurer.

 

Ts'ao sera interprété par une femme portant un masque, outil de transposition nous obligeant à soutenir le texte par un langage corporel approprié.

C'est dans la panoplie des masques en bois du théâtre balinais que nous chercherons le masque le plus adapté qui nous guidera dans la construction du personnage.